29ème Estivales Photographiques du Trégor : Lannion - Cavan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

du 30 juin au 29 septembre 2007

Hugues de Wurstemberger

Pauline et Pierre
« Le carnet de notes a croqué du temps pour devenir, d'esquisses en album, cette chronique lacunaire des miens, Brigitte, ma femme, Pauline et Pierre, nos deux enfants. L'histoire va de l'un à l'autre, de la mer à la montagne, de ma vieille mère à ses petits-enfants, du souvenir au chaos de la vie. Là-bas le sable se déplace, ici la neige fond, ici et là, la trace est furtive. Ce livre s'est formé comme un pli dans le sable, s'est écrit dans l'eau du temps, recueille les pensées comme une gouttière la pluie.

 

H. de Wurstemberger-courtesy gal. VU
© H. de Wurstemberger-courtesy gal. VU

En 1977, je quitte Fribourg et emporte quelques images de ma mère, quelques paysages que j'aimais. J'emportais la mère et la terre, le poids de l'ombre. Peu à peu ces images sont devenues ma respiration. Et puis, il y en a eu d'autres. J'ai besoin de mes souvenirs. Je travaille avec ces images passées, usées, les colle en résonance et suite de petits cailloux blancs. Maintenant, c'est un livre d'enfants. J'espérais les suivre, faire des livres muets, parler du lien, de l'enfant, de sa mère, du père, de la perte, des liens entre les siens, de ceux de la terre, de l'eau, de la lumière et du vent. Ces images sont les dix doigts de mes mains, de la fille, du garçon, de Pauline et Juju. Elles sont fragiles, têtues, une patine intime. Je les connais depuis si longtemps qu'elles me sont légendaires, des bottes de sept lieues, le conte que je raconte. Je les emporte sans les prendre. Un jour paumé dans un désert surexposé, j'ai cru que, rentré, ils seraient déjà grands. Eux, ils semaient des miettes, montaient dans les arbres, marchaient la nuit les yeux grands ouverts. Avec Brigitte, je les ai mesurés. De marques en mesures, de voyages en absences, le désir est venu d'en faire un recueil, sorte d'abécédaire : l'arbre, le chat, le soleil et la mouche.

 

H de Wurstemberger -courtesy galerie VU
© H de Wurstemberger -courtesy galerie VU

 

Dans le coma de ma salle obscure cet herbier monté,  coupé et remonté, se projette comme un vitrail, au hasard de la lumière et du temps, au travers de lieux où nous avons vécu et sommes passés sans laisser d'autres traces que nos ombres au sol... »
Hugues de Wurstemberger
« Pauline et Pierre », Quo Vadis éditions, 2005

H de Wurstemberger - gal. VU
© H de Wurstemberger - gal. VU

Hugues de Wurstemberger est né à Berne et passe son enfance en Algérie. Garde suisse au Vatican, il expose son journal et ses rondes de nuit en 1985 au Musée de l'Elysée à Lausanne. Lauréat du Prix Niepce 1990, il retourne dans ses montagnes pour décrire les hommes qui en vivent encore. Le livre « Paysans » sort en 1997, le film documentaire « Adieu l'Armailli » (coproduction Arte/TSR) en 2003. En marge de l'actualité, il photographie des peuples en perte de territoires (Sahara occidental, Zambie, Ethiopie, Salvador, Philippines). En 2001, il réalise « Personnes », un livre de portraits fragiles sur des gens en situation de handicap. « Pauline et Pierre », qui fait l'objet de l'exposition, raconte un voyage plus long et plus intime : le territoire du temps et de la mémoire familiale. Une histoire qui le lie à ses enfants depuis dix-huit ans.
Exposition présentée avec le concours de la galerie VU (Paris).

 

 

Entrée libre 

samedi 30 juin à 18h30 à l'Imagerie : rencontre avec les photographe

de 14h30 à 18h30 sauf dimanche et férié

L'Imagerie, 19 rue Jean Savidan, 22300 Lannion
Tfax 02 96 46 57 25
l-imagerie@wanadoo.fr


 
Fermer la fenêtre