Exposition

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 13 janvier au 24 février 2007

« L'appartement »
 Oeuvres de la collection du Frac Bretagne


© Didier Mencoboni - Etage

« L’invitation se fait naturellement par le couloir, celui de Lea Lublin dont la photographie intitulée précisément La lentille – le couloir – la boîte à lettres secrètes, joue de l’ambiguïté intérieur/extérieur.
L’œuvre de Michel Aubry, comme un tapis rapporté d’un lointain voyage, se déploie au sol pour accueillir le visiteur. De part et d’autre du tapis moulage, les chaises Axis de Lawrence Weiner, les Porte-manteaux et vide-poches de Ronan Bouroullec, la Bibliothèque cabine d’Andrea Blum désignent le hall d’entrée.
Au fond, la Marqueterie d’Hubert Duprat est, à elle seule, une évocation de l’idée d’appartement. Puis, s’ouvre le cabinet de lecture d’un érudit préoccupé de citations et de symboles mis en scène par Olivier Richon avec Iconologia, ou de mythologie avec Porfido de Piero Gilardi. Quant à Didier Mencoboni, il lui suffit d’étagères et de dix-huit petits tableaux pour envisager de nombreuses références à l’histoire de la peinture.
 En hôtes attentionnés, Stéphane Tesson et Hervé Le Nost ont dressé, l’un Logis à l’autel, une table mise sobrement, surmontée de deux dessins tels des miroirs reflétant de minutieux préparatifs, l’autre une série de vingt-deux photographies, Rhum, en hommage à Blaise Cendrars. Plus loin, trois artistes s’emparent d’objets quotidiens pour en faire le matériau de leurs œuvres : Noël Dolla tord ou étend des serpillières, leur conférant l’apparence de sculptures. Les Féeries aquatiques d’Alain Rivière sont un moyen de transformer une occupation triviale  – la vaisselle –  en une ode humoristique à l’empirisme. Objectal, dont le nom a dû déterminer l’objet fétiche, à moins que ce ne soit le contraire, signe avec un bol chacune de ses œuvres.
Le lieu intime par excellence, celui du lit, représentation de tous les phantasmes, nous est révélé par Bed, d’Elisa Sighicelli, Caps and bed de Seton Smith. Leurs cadrages respectifs sont la porte entrouverte sur une chambre étrangère.
 La Fenêtre étroite et opaque de Pierre Buraglio permet de découvrir Banc Praticable de Jocelyn Cottencin qui devient là, comme installé dans une arrière-cour, non seulement un banc sur lequel se reposer mais un prétexte à atermoiement : demeurer entre ces murs ou bien s’en éloigner pour retrouver l’extérieur, se déplacer, ainsi que nous le suggère Pascal Rivet avec ses mobylettes, ou bien Pascal Pinaud avec Rover contre Twingo, pour un temps seulement, avant de revenir à l’appartement. » (Danielle Robert-Guesdon)

Œuvres de Michel Aubry, Andrea Blum, Ronan Bouroullec, Pierre Buraglio, Lawrence Weiner, Hubert Duprat, Hervé Le Nost, Alain Rivière, Pascal Pinaud, Jocelyn Cottencin, Stéphane Tesson, Noël Dolla, Pascal Rivet, Léa Lublin, Piero Gilardi, Olivier Richon, Elisa Sighicelli, Seton Smith, Objectal.

 avec le soutien de la Ville de Lannion, du Conseil Général des Côtes d'Armor, du Conseil Régional de Bretagne et du Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Bretagne.


De 15h à 18h30 sauf dimanche et mardi – Entrée libre - Rens : 02 96 46 57 25


 
Retour