Du 28 juin au 31 juillet 2008

Estivales « Off »
Thierry © Coralie Salaun - le cana
© Coralie Salaun - le cana

Coralie Salaun

« Les réfugiés oniriques »
Ses parcours photographiques alimentées par le vécu, le jeu, le hasard et l’intimité tendent vers un sujet humain prédominant . Gens à part, imaginés, capturés dans leur univers ou dans un ordinaire déconcertant. Impressions écrites, obsessions, surprises, rythment le travail ou optimisme naïf et pessimisme cru rebondissent l’un contre l’autre. Derrière l’objectif, elle se lance à l’abordage du précipice et calfate ses souvenirs pour se livrer en profondeur à travers un jeu de mise en scène. Elle réussit à illuminer les insondables abysses de ses folies et fantasmes où règne l’absence totale de lumière. Elle ajoute  «Ma vie rouille et mouille l’ancre, je tente de la sonder pour pas qu’elle me submerge. L’idée de sombrer dans ses profondeurs me terrorise.  Quand les idées se font la malle, encalminée par manque de souffle, je commence doucement à travers le stylo et l’appareil à écoper mes peurs, puis tout va très vite. J’aperçois le fond et avec un palan, je fais remonter le souvenir d’une petite fille accrochée au dessus de la proue. ». (C. S.)

Coralie Salaun poursuit des études de photographie à Rennes...avec Muriel Bordier pour enseignante, dont l'histoire de France revisitée fut l'un des points forts de récentes estivales (« Humour et dérision »). On retrouve dans ses « réfugiés oniriques » présentés en juillet au Casse-Graine Café le sens du clin d'œil et de la mise en scène qui signe les recherches de son ainée.
Exposition au Casse-Graine Café
21, rue des Acacias (Nod Huel), 22300 Lannion
du 28 juin au 31 juillet 2008
du lundi au vendredi, de 8h30 à 16h30 

 

Thierry © Eric Bouttier
© Eric Bouttier

Eric BOUTTIER
Les Paysages endormis (2008)

« Qu'y a-t-il au bout de ce chemin, derrière cette haie, au fond de ce bois, que je frôle et que je devine, mais que je ne vois pas encore?
Cette série de paysages est née d'un questionnement mené autour de la notion de seuil, cherchant, à l'orée des chemins, ce point précis de regard où l’on se trouve face à un autre espace possible: cet ailleurs insituable, ce « là-bas » inaccessible – là où le « paysage », véritablement, commence.
A mesure que l'on pénètre plus en avant dans une forêt ou dans un bois, le territoire peu à peu se referme sur lui-même, et nous encercle, nous absorbe – nous voici en l'un de ses points de tensions. Au gré d’un parcours photographique, les territoires rassemblés dans cette série – pris en différents lieux et saisons, le long, aux bords et aux abords de sous-bois ou de forêts – sont à la fois ouverts et fermés. Ils manifestent la sensation de se trouver, en même temps, au sein et à la lisière d'un paysage, à la frontière entre intérieur et extérieur...
Qu'y a-t-il, aux confins du paysage, autre qu'une profondeur et une densité à affronter? Reviennent alors les territoires engloutis, leurs arbres immergés, et les tunnels lumineux tapissés de matières, ouvrant, déjà, peut être, sur un autre paysage. » (E. B.)

Né en 1981, Eric Bouttier est titulaire d’une Maîtrise de Cinéma (Université Paris 1 Sorbonne - Centre Saint Charles) et d’une Maîtrise en Photographie et Multimédia de l’Université Paris 8 obtenue en 2007.
Ses recherches artistiques, à mi-chemin entre images fixes et images mouvantes questionnent les liens qui unissent temporalité et territoire  [ « D’ici », série de photographies (2002-2006) et vidéo d’après film Super 8, 2007 ] mais aussi les territoires  frontières, à la périphérie ou à la lisière de deux états différents, dans lesquels les éléments naturels sont soumis à un conditionnement géographique très spécifique : [« Les Paysages fictifs », 2005: lente et fragile reconstruction du paysage dans un territoire urbain en friche ; « Before the ocean », 2007: paysage entre terre et mer. ]
ll collabore par ailleurs, depuis 2002, avec la production audiovisuelle, entre autres sur les films documentaires « Alexandre Sokurov » (2008), « Germaine Dulac, Questions de cinéma » (2006) et sur la série documentaire « A Portée de Paris » (2004), réalisés par Anne Imbert.
Expositions   : 2008 : Galerie Le Lieu, Lorient ; 2007 : Musée d’Histoire de la Photographie, St Pétersbourg (Russie) ; Festival Off des Chroniques Nomades, Honfleur ; Festival International du Film, Maison de la Culture, Amiens ;   Festival International de la Photographie de Pingyao (Chine)  ...
Exposition au Café Théodore, Hent Kerguerwen,  22300 Trédrez Locquémeau
  du 28 juin au 31 juillet 2008 (horaires : 02 96 35 29 40)              

Thierry © Benjamin Deroche
© Benjamin Deroche

 

 

Benjamin DEROCHE

Photographe indépendant ( 27 ans) il vit à Brest  et  photographie depuis  8 ans. En parallèle d’une formation technique épisodique en studio avec des professionnels  pendant plusieurs années, il construit son propre univers photographique dont le nu et la matière manufacturée sont les deux supports d'inspiration car dit-il «  ils permettent des transformations originales en les déplaçant de leur cadre fonctionnel initial ».
La série présentée au Pixie est en réalité issue de trois ensembles différents entrant dans le champ du portrait décalé. L’intérêt de ce type de travail est de faire varier les limites identitaires du modèle, soit en le voilant, soit en remplaçant son visage par un objet inerte pour casser l’effet de reconnaissance. Toutes les images ont été réalisées en studio entre 2007 et 2008.

Plusieurs expositions dans l'Ouest et en région parisienne (foires d'art), projections publiques avec Photo à l'Ouest. Benjamin Deroche réalise des commandes photographiques pour des architectes d'intérieur et des théâtres. 

 

 

Simon JOURDAN

Thierry © Simon Jourdan
© Simon Jourdan

Né en Bretagne (Douarnenez), Simon Jourdan, 30 ans, vit à Angers où il travaille comme photo-reporter pour le Courrier de l'Ouest après avoir été photographe et iconographe pour l'Ecole de voile des Glénans et stagiaire auprès de l'agence Magnum- Paris.
Il a exposé au Mois de la Photo de Dol, à la Maison de l'Architecture (Angers), à la galerie Confluence de Nantes, au Festival du scoop d'Angers, au Festival Off des Rencontres d'Arles...
Les photographies proposées par Simon Jourdan sont réalisées au scanner ou au miroir déformant sans montage ni trucage et l'auteur revendique l'influence des grands maitres du siècle dernier tels André Kertesz, Pierre Boucher ou Man Ray...tous exposés précédemment à L'Imagerie ! 

Exposition « Du nu au nu, approches contemporaines »
Benjamin Deroche et Simon Jourdan
(Association Photo à l'Ouest » - http://www.photoalouest.com)

au Pixie
rue du 73e Territorial
22300 Lannion

Du 28 juin au 31 juillet
Du mardi au samedi, de 18 à 23h


Coordination : Jean-François Rospape

 


©© L'imagerie 2002 - Création : B.Masson