P

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 28 juin au 27 septembre 2008

 

Jérôme Sevrette - « Tout & rien  »

 

© Jérôme Sevrette
© Jérôme Sevrette

Dans l'une de ses interviews, Jérôme Sevrette dit ne photographier que d'octobre à mai. Cette précision météorologique, loin d'être une boutade, témoigne à elle seule de dégoûts primordiaux, d'un quant-à-soi très éloigné des modes et du consensus. D'évidence, il fuit le plein soleil, la foule et toute forme d'exotisme, réhabilitant ce que l'on considère comme ordinaire, au sens où l'écrivain Pierre Michon parle de Vies minuscules. Les lieux qu'il nous donne à voir sont à notre porte, mais vides de toute présence humaine, noirs d'humidité, inquiétants de luisance surnaturelle.
Au fil des séries, ce monde particulier est organisé en rubriques aux résonances mythologiques (Bellonia, Décades…) ou bien anglo-saxonnes (Measure my angst, Consumed landscape…) proches des titres de disques dont il illustre les couvertures. Probable qu'il prenne appui sur des romans noirs et des expérimentations musicales.

[DE] STRUCTURE est la vision d'une ville moyenne à laquelle Jérôme Sevrette donne l'ampleur et l'aspect d'une cité futuriste. Il en sélectionne les éléments les plus représentatifs  - arêtes vives, gigantisme des monuments, nuages tels des champignons atomiques -  non pour délivrer un quelconque message politique mais pour projeter le spectateur dans un imaginaire reposant sur la plus évidente banalité. Il ne s'agirait finalement que d'apprendre à voir et à écouter. Ces images-là sont muettes, non par impuissance mais bien par sidération. La science fiction n'intéresse pas ce photographe mais plutôt la "beauté convulsive", "explosante-fixe", ces éclipses qui rythment les jours lorsqu'on y est attentif.
D'octobre à mai, une vie à contre-temps, exactement comme en musique on prévoit les silences.
Danielle Robert-Guédon

© Jérôme Sevrette
© Jérôme Sevrette


Jérôme Sevrette (Rennes)  travaille principalement en numérique et en Polaroïd.  Il crée son site web en 2002 ce qui lui permet de diffuser plus largement ses clichés et de collaborer avec d'autres sites, magazines et webzines comme  Seek Among the Pure (New York), le fanzine Twice ou la revue de littérature  La Femelle du Requin. C’est également par ce biais qu’il rencontre l’éditeur allemand Camakarma  avec lequel il participe à la réalisation du coffret concept Nachtvorstellung.
Parallèlement à ses travaux  personnels, son attachement au milieu musical lui vaut d’être souvent demandé pour des pochettes de disques, vidéos, projections  & autres visuels comme avec les Suédois de Sibelian pour leur album The Soul Rush ou Neon Cage Experiment pour l'album Materials & Methods  sur le label américain Vendetta Music.  Plus récemment, il est remarqué par Simon Huw Jones du groupe anglais And Also The Trees qui lui propose d’illustrer leur dixième album (listen for) The Rag and Bone Man, s’en suit une collaboration avec le chanteur Frédéric Truong  pour le vidéoclip Je souhaite et les visuels de son nouvel album Vers le nouveau monde.
Plusieurs expositions à son actif, à Drouot-Richelieu et au Divan du Monde à Paris, à la Maison Daniel Féry de Nanterre, au Centre Culturel Cuzin d’Auch…Commodore, son premier livre, vient de paraître aux Editions Swarm.

 

De 10h à 12h et de 15h à 18h30 sauf dimanche et férié.

Entrée libre

 


©© L'imagerie 2002 - Création : B.Masson