P

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 8 mars au 19 avril 2008

"Filigranes"
20 ans d’édition

Joséphine Michel
© Joséphine Michel

À mi-chemin entre expérimentation artistique et édition, les éditions Filigranes ont été pendant longtemps l'une des seules maisons d'éditions spécialisée dans la photo, faisant preuve d'une démarche originale et audacieuse qui a accompagné le parcours atypique de Patrick Le Bescont, aujourd'hui directeur artistique de ces publications.
 Créées en 1988 par Patrick Le Bescont, "Filigranes" fêtent cette année leur 20e anniversaire, vingt ans d'existence au cours desquels près de 300 ouvrages ont été publiés, rassemblant plus d'une centaine de photographes et le même nombre d'auteurs.
En 2003, les éditions Filigranes ont été récompensées du prix Nadar pour l'ouvrage de Bernard Guillot, Le Pavillon Blanc.

Patrick Le Bescont était photographe autodidacte avant de se lancer dans l'aventure éditoriale et de fonder Filigranes en 1988, démarche issue de sa volonté de publier ses propres photos. Aujourd'hui, les éditions publient entre quinze et dix-huit titres par an, une dizaine de collections, et de nombreux ouvrages issus de collaborations avec des galeries et centres artistiques tels que les galeries Filles du Calvaire, Anne Barrault, Camera Obscura, Polaris, le Centre des arts d'Enghien les Bains, le Lieu Unique ou encore l'Abbaye aux Dames... Depuis sa création, l'approche éditoriale menée par Patrick Le Bescont n'a cessé d'explorer les possibilités de cette pratique, d'en approfondir les usages et d'interroger les limites entre les mondes de l'art et de l'édition. Son autodidactisme dans le monde de l'édition lui a permis d'aborder la pratique avec une fraîcheur novatrice et créatrice, d'élaborer son approche de l'édition autour de concepts originaux, de la recherche de jeunes auteurs, laissant la place d'honneur à l'expression de l'artiste jusque dans la forme éditoriale.

Avec la volonté de créer une rencontre entre édition, littérature et photographie, Patrick Le Bescont trouve dans les textes littéraires ou poétiques qui accompagnent les images des échos au sens des œuvres. Loin de l'exégèse et de la critique, ces textes, qui sont pour la plupart antérieurs aux images, ouvrent un autre espace de création conjoint à celui des photographies, esquissant ainsi un cadre interprétatif à l'intérieur duquel l'image se déploie.

Filigranes ne revendique pas de ligne éditoriale stricte mais des choix fondés sur des coups de cœur, offrant ainsi une grande diversité d'auteurs, de thèmes, de styles et d'approches esthétiques. Dans le but d'accompagner la création contemporaine, le choix des artistes, photographes et auteurs, se tourne en priorité vers les jeunes auteurs, ce qui n'empêche pas la publication d'artistes aussi connus que Bernard Plossu, Raymond Depardon, Shoji Ueda, Thibaut Cuisset, Carlos Saura, Philippe Sollers ou Marie Darrieusseq... Parallèlement à cette pratique aussi diversifiée que créative, plusieurs collections différentes explorent des thèmes plus précis. Par exemple, "l'oiseau rare", une collection en collaboration avec la fondation Enfants en difficultés explore le thème de l'enfance dans l'œuvre d'un photographe, la collection Visa s'attache à la thématique du voyage, du paysage.

Sylvain Girard
© Myriam Richard

Mais l'originalité de la démarche éditoriale de Filigranes naît de l'objet lui-même : les livres sont conçus comme de véritables projets artistiques uniques plutôt que comme simples reproductions d'images.
Chaque livre, véritable point de rencontre entre l'artiste et l'éditeur, est issu d'un projet commun : Patrick Le Bescont réalise le livre en collaboration étroite avec l'artiste, de manière à ce que le livre réponde au mieux à la personnalité de ce dernier. Rien n'est laissé au hasard ou à la routine, et tout est soigneusement pensé et choisi en fonction des œuvres : quelle mise en page?, quel papier?, quel format?, quelle typographie ? ou encore quelle couleur ? serviront à mettre en valeur une œuvre et resteront le plus fidèle possible à l'esprit de l'artiste. Un choix dans lequel rien n'est impossible, du "livre accordéon" à volets dépliants, tels La méthode, de Laurent Millet et François Seigneur, réalisé en collaboration avec l'Abbaye aux Dames, à l'utilisation de matériaux tels que le latex pour les pages du livre de Marika Bürhrmann, ou encore You don't know what you're missing, de Barthélémy Toguo, un livre mélangeant une variété de papiers différents – cartonnés ou papier bible.  Afin que chaque œuvre soit reproduite sur le papier qui lui corresponde le mieux, les livres se plient à la volonté de l'artiste et aux exigences des œuvres. Le résultat : des "livres d'artistes" uniques qui prolongent le geste créatif, et dans lesquels le support papier épouse les contours de l'œuvre.

En découle une recherche constante d'originalité et de créativité dans les choix de l'édition, de la forme, du papier, ou de la texture. Tout est conçu pour qu'au plaisir des yeux s'allie le plaisir du toucher : en effet, à travers l'utilisation de types de papier aussi différents que le papier bible ou le papier latex, l'élément tactile entre en jeu et acquiert une importance considérable. Etant donné que notre premier contact avec l'œuvre reproduite est celui de nos mains sur le papier, notre sens du toucher se trouve sollicité et participe de ce fait à notre appréciation de l'œuvre. La sensation du palpable nous plonge encore un peu plus profondément au sein de l'univers de l'artiste, nous confrontant directement à  la réalité matérielle des œuvres. Des publications d'une grande qualité, mais également d'une originalité révélatrice d'une volonté de rester fidèle à l'esprit du photographe, de s'adapter à sa personnalité.

Joséphine Michel
© Myriam Richard

Ainsi, le livre quitte le monde de l'édition pure pour mieux s'insérer dans un univers de création ; ce faisant, celui-ci devient en soi un objet d'art. Patrick Le Bescont cherche par ce biais à établir un rapport quasi littéraire au livre, à entretenir un rapport privilégié à la page au sein de laquelle la photographie s'insère, trouve sa place, son cadre et son lieu d'expression. Dans ces "livres d'artistes", les œuvres parviennent ainsi à échappr à l'éphémère des expositions et des galeries, à prolonger leur vie à l'intérieur des pages.

Le dernier né des éditions Filigranes, "Saison", petite revue publiée au rythme des saisons,   pousse à l'extrême la diversité éditoriale de la maison.  En faisant écho à la pluridisciplinarité des pratiques artistiques contemporaines, cette revue ouvre sur d'autres domaines que la photographie tels la mode, le cinéma ou encore la publication de scénarios inédits. Créée dans l'optique du laboratoire artistique, Saison reste fidèle à la liberté laissée à l'artiste, propre à la ligne éditoriale de Filigranes, en lui proposant une carte blanche. En effet, un numéro de la revue est un cahier entièrement blanc, conçu comme une invitation à envoyer ses œuvres, idées ou images. Ainsi, dans le souci constant d'accompagner au mieux la création contemporaine, Saison poursuit l'aventure éditoriale de Filigranes sur le chemin de l'expérimentation.

Assïa Kettani (d'après un entretien avec Patrick Le Bescont, décembre 2007).

 

 

De 15h à 18h30 sauf dimanche et mardi.

Entrée libre



 


©© L'imagerie 2002 - Création : B.Masson