32ème Estivales Photographiques du Trégor : Lannion / Pleumeur-Bodou

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

du 26 juin au 2 octobre 2010

32e Estivales Photographiques du Trégor

« Nos amis… » 

Dans les vers du fabuliste, d'Ésope à Jean de La Fontaine, dans le parler populaire qui nous voit doux comme des agneaux, excités comme des puces ou fiers comme des paons, l'homme et l'animal se sont étroitement mêlés au fil des siècles. Cette relation originelle est très présente également chez les photographes invités à cette édition 2010 des Estivales Photographiques du Trégor. Leurs modèles, mis en scène, portraiturés, observés prisonniers au zoo ou en semi-liberté avec leurs maîtres, seuls au hasard des rues et des champs, nous en apprennent beaucoup sur notre manière d'être et pointent d'une patte accusatrice les comportements souvent désastreux pour leur avenir… qui est aussi le nôtre !

©Claude Pauquet
© Michel Vanden Eeckhoudt

Avec un sens du fugace et du dérisoire, avec l'envie de souligner de ses rapprochements subtils la drôlerie du monde – le visiteur bien en chair de clair et de sombre vêtu face à l'hippopotame qui baigne entre le clair et l'obscur de sa mare-prison – mais aussi sa cruauté – « de quel droit m'enfermes-tu ? », semble hurler le singe derrière la vitre du zoo – Michel Vanden Eeckhoudt (Bruxelles) parcourt le monde depuis trois décennies. Dans les parcs animaliers et les zoos de France ou de Belgique mais aussi au hasard des rues de Tokyo ou du Caire, il trouve matière à exercice de haute voltige pour son œil affûté qui sait si bien saisir toutes ces petites tragicomédies qu'offre le rapprochement de l'homme et de l'animal.

 

©Claude Pauquet
© Giacomo Brunelli

Concordances et rapprochements sont nombreux eux aussi dans les noirs tirages de Giacomo Brunelli (Londres). Ici les pattes de l'échassier et les jambes du gondolier rythment la lagune de Venise, là l'oie cacarde et son cou blanc se tend si semblable à la branche claire qui repose à quelques mètres, plus loin l'aigrette du paon semble singer les branches du palmier dont la silhouette se devine à l'horizon dans la faible profondeur de champ chère à Giacomo Brunelli.

Si les animaux de Brunelli sont vifs et prompts à détaler, ceux de Bertrand Desprez (Paris) sont figés dans la pierre ou le plastique. Totems décalés au cœur des villes, ils préfigurent nous dit l'auteur « un monde où l'animal aurait disparu pour n'être plus qu'un souvenir pour parc d'attractions ».

Tout aussi inquiétant est le monde que nous décrit Isabelle Souriment. Son lion borgne – solidement et curieusement planté à la pointe de Corsen (Finistère) d'où la famille de l'auteur est originaire et dont l'œil évoque le gris bleu du ciel breton – ou l'éléphant jouant au pompier sur les brûlis de maïs du Gers où elle vit actuellement nous offrent avec les manipulations numériques de Venus d'Ailleurs la métaphore d'un futur cauchemardesque.

Manipulations aussi chez Martine Roch (Dijon), que les hasards de la vie, les rencontres, les brocantes, le goût pour la photographie, la curiosité à apprendre de nouvelles techniques, ont amenée à imaginer et à créer des images d’un monde surréaliste, peuplé d’animaux malicieux et élégants. Ses œuvres, mélange de photos anciennes (ferrotypies notamment) et actuelles qu’elle réalise elle-même – portraits d'animaux aux lumières et aux poses étudiées pour s'intégrer parfaitement au support ancien –, nous interrogent sur cette relation très forte qui peut unir l'homme à son animal favori.

Portraits encore chez le citadin de toujours qu'est Éric Garault (Montreuil), qui s'est décidé avec Bestiaire - Comme il me regarde, à aller à la rencontre des animaux de la ferme. Portraitiste de métier, il a travaillé avec poulets, chevaux, cochons et vaches comme avec ses modèles habituels, allant à leur contact en milieu naturel. Les lumières et couleurs saturées de ses gros plans offrent à ses images force et onirisme, tout comme l'éclat complice du flash en contre-plongée dans l'œil de l'animal le rend tour à tour menaçant… ou moqueur.
 
Une exposition collective, regroupant sur cette même thématique animale des photographies de la collection de l'Imagerie et des oeuvres prêtées par d'anciens exposants, sera présentée à la Chapelle Saint-Samson de Pleumeur Bodou (Pentti Sammalahti et ses chiens de Sibérie,  le jeune berger égyptien de Denis Dailleux avec âne et moutons, le chat et les genoux de Bernard Plossu...). Plusieurs photographes costarmoricains participent à  cette exposition collective : Wanda Skonieczny, Antoine de Givenchy, Francis Goeller, Fabrice Picard et Emmanuel Smague.

« Le monde animal » dans la collection de l'Imagerie… et chez quelques amis

Pentti Sammahlati (coll. Imagerie, courtesy Camera Obscura)
© Pentti Sammahlati (coll. Imagerie, courtesy Camera Obscura)

Le fonds photographique de l'Imagerie, initié en 1983, regroupe aujourd'hui plus de 300 oeuvres acquises auprès des photographes ou de leur galerie lors des expositions. Cette collection   constitue ainsi au fil des ans la mémoire imagée de la galerie.  Un ouvrage édité par Filigranes regroupe sous le titre « La Bretagne, collection photographique de l'Imagerie », les oeuvres réalisées dans notre région.

L'exposition de la Chapelle Saint-Samson de Pleumeur-Bodou propose   sous l'intitulé « Le monde animal», les oeuvres de :  Barbara Alper, Denis Dailleux, Krisztina Erdei, Jacques Faujour, Pierrot Men, Hugues de Wurstemberger, Roland Laboye, Claude Le Gall, Pentti Sammallahti, Philippe Salaün (photographies de la collection de l'Imagerie). L'exposition propose également des photos prêtées par d'anciens exposants de la galerie :  Bernard Cornu, Antoine de Givenchy, Gilbert Garcin, Francis Goeller, Fabrice Picard, Bernard Plossu, Wanda Skonieczny et Emmanuel Smague.

 

Emmanuel Smague-Katmandou 2009
©Emmanuel Smague-Katmandou 2009

 

 

Exposition du 26 juin au 30 juillet 2010

Chapelle Saint-Samson, 22560 Pleumeur-Bodou
De 14h30 à 18h30 sauf dimanche et férié
avec le concours de l'Office Municipal de la Culture et des Loisirs de Pleumeur-Bodou

Voir le Programme

 

Rencontres

  • Samedi 26 juin 2010 à 18 h 30 à l'Imagerie : rencontre avec Giacomo Brunelli, Bertrand Desprez, Éric Garault, Martine Roch, Isabelle Souriment, Michel Vanden Eeckhoudt.
  • Mercredi 22 septembre 2010 à 20 h 30 à l'Imagerie : conférence de Didier Brousse, fondateur de la galerie Camera Obscura (Paris) (« Profession galeriste »).

 

Les Estivales Photographiques du Trégor sont organisées par L'Imagerie avec le soutien de la Ville de Lannion, de la Ville de Pleumeur-Bodou, du Conseil Général des Côtes d'Armor, du Conseil Régional de Bretagne, du Ministère de la Culture (Drac Bretagne) et  le concours de l'Office Municipal de la Culture et des Loisirs de Pleumeur Bodou.  

Coordination des Estivales : Jean-François Rospape

    l-imagerie@wanadoo.fr


 


©© L'imagerie 2002 - Création : B.Masson