Accueil > Expositions > Expos 2012 > Philippe Guionie "Africa-America"

 

Du 13 octobre au 24 novembre 2012

Philippe Guionie "Africa-America"

JPEG - 43.6 ko
© Ph Gionie -Julián Diaz, acteur et comédien, membre du Mapa teatro, compagnie de théâtre contemporain, Bogota, Colombie, 2009

C’est ici dans la chaleur suffocante de la capitale tchadienne que je décide de poser enfin des mots sur « Africa-America », une itinérance photographique dans les Andes noires. Impossible de le faire depuis la France. Je ressens ce retour au centre de l’Afrique comme l’épilogue d’un voyage transatlantique sur les traces de l’esclavage. Sur le pont de Chagoua, je regarde le fleuve Chari, cicatrice béante d’une steppe sahélienne désespérément plate et aride. Je marche dans la poussière âcre du quartier populaire de Mardjandaffack, je croise des regards, j’entrevois des silhouettes. Harmonie d’une gestuelle humaine ancestrale et violence d’une chorégraphie urbaine contemporaine dessinent les contours d’une existence intense mais fragile.

JPEG - 33.1 ko
© Ph Gionie - Higuerote, Venezuela 2009

Je vois N’Djaména et je repense à cet homme afro-équatorien, rencontre improbable du bout du monde. De sa petite colline dominant le vaste océan Pacifique, ce paysan aux velléités archéologiques me déclare avec fierté : "Aquí estamos a África", "ici nous sommes à Africa". Ce nulle part porte le nom d’un continent. Quelle audace ! Je parcours la carte du nord de l’Equateur, province d’Esmeraldas, et África est bien là, immobile pour l’éternité, un mot perdu dans la ronde des noms. L’histoire s’est inscrite sur le papier, la terre des hommes en est la preuve. Je ferme les yeux. Je me souviens de cette longue plage d’Africa, bordée d’une falaise aux arrêtes saillantes. De ses galets déposés en désordre par l’océan. De ses bouts de bois aux formes insoupçonnées. Du ciel immaculé de bleu. En ce mois d’août 2010, j’ai vu et enregistré le temps suspendu de cette plage silencieuse. Je réouvre les yeux. N’Djaména est là, au milieu du chaos sonore.

Nous connaissons les influences africaines au Brésil et dans les Caraïbes, mais que savons-nous de la présence de populations noires dans la partie andine du continent sud-américain ? A partir du XVIe siècle, l’économie de plantation en Amérique espagnole s’est développée sur les côtes atlantique et pacifique avec l’importation massive d’esclaves venus des côtes africaines. Du Venezuela à la Colombie, de la Bolivie au Chili, de l’Équateur au Pérou, les "afrodescendants" sont les dignes héritiers de cette histoire douloureuse de l’esclavage transatlantique.

JPEG - 22.8 ko
© Philippe Guionie Banguero-colombie-2009

"Africa-America" est une itinérance construite autour de portraits photographiques qui interrogent les traces contemporaines de l’africanité chez les diasporas noires des Andes. Ces populations « afrodescendantes » vivent aujourd’hui un tournant historique exprimant publiquement leurs cultures plurielles, syncrétisme original entre influences indigènes, colonisation espagnole et racines africaines avec la volonté affirmée de trouver leur place dans des États où elles restent largement minoritaires : 12% en Colombie, 4 à 5% en Equateur et au Pérou, moins de 1% en Bolivie…À des degrés divers, elles sont toutes à la recherche de leurs racines africaines qu’elles connaissent peu ou pas. Plus ou moins métissées mais toutes largement méconnues et méprisées, elles oscillent entre l’évocation de la terre originelle - « África, tierra madre ! » - et le quotidien du territoire qui les a vues naître et dans lequel elles souhaitent aujourd’hui exister à part entière. Leur couleur de peau semble les ramener inexorablement à leur terre africaine. Elles se battent pour dépasser ces frontières physiques ou psychologiques, réelles ou imaginaires dans lesquelles plusieurs siècles de colonisation espagnole les ont enfermées, annihilant souvent rites et traditions ancestraux venus du continent...
Philippe Guionie


  • "Photos Nouvelles" spécial Imagerie

  • L’imagerie

    19, rue Jean Savidan 22300 LANNION
    Tél. : 02.96.46.57.25
    Mail : l-imagerie@orange.fr

    D’octobre à juin :
    ouvert du mardi au samedi, de 15h à 18h30.
    Le jeudi : de 10h30 à 12h30 et de 15h à 18h30.

    En juillet, août et septembre :
    ouvert du mardi au samedi,
    de 10h30 à 12h30 et de 15h à 18h30.
    Sauf jours fériés.