Accueil > Expositions > Expos 2013 > 35e Estivales Photographiques du Trégor « De la même étoffe que nos songes (...) > Laurent Millet "La Méthode"

 

Du 1er juillet au 5 octobre 2013

Laurent Millet "La Méthode"

35e Estivales Photographiques du Trégor « De la même étoffe que nos songes »

Sous la bannière cartésienne de La Méthode, Laurent Millet déploie les figures d’une géométrie étrange. Les démonstrations n’y ont d’autre propos que de nous jeter dans le trouble, de nous offrir le luxe de douter photographiquement de nos sens. Dans son œuvre tout est affaire de composition, d’agencements, de complexités. Les séries et les thèmes y connaissent de subtiles variations, potentiellement infinies. Il est, en photographie, le disciple de ces inventeurs de machinations métaphoriques mis en scène par Raymond Roussel, qui désignent les objets par leur inutilité fondamentale et leur seule valeur de présence.

JPEG - 63.3 ko
© Laurent Millet - Courtesy La Galerie Particulière
JPEG - 63.7 ko
© Laurent Millet-Courtesy La Galerie Particulière

« Rien ne va de soi, rien n’est donné, tout est construit », disait Gaston Bachelard. L’imaginaire de Laurent Millet nourrit son univers, joue du fossé entre l’objet mental, le réel et sa représentation. S’il est avant tout question de choses, objets impossibles, machines dont le seul but est de montrer des agrégats de pièces et de rouages, il n’en demeure pas moins qu’ils sont le plus souvent installés en pleine nature, le paysage apparaît en toile de fond, garant de leur matérialité.
La Méthode montre de petites constructions, issues des récoltes d’un braconnage ludique : objets sans qualités, morceaux de carton ornés de couleurs pétaradantes, fils de fer rouillés ; les surfaces s’agrémentent parfois d’écritures, de plans, de diagrammes hermétiques censés renseigner sur leur conception. L’horizon d’une mer étale et huileuse indique la ligne de fuite et déjoue une notion de la perspective trop bien ancrée dans nos stéréotypes plastiques. Il s’agit d’introduire du jeu, dans les deux sens du mot, et d’enclencher ainsi les mécanismes d’un subtil et onirique égarement […] 

Extrait du texte « L’hypothèse du Malin Génie »
Anne Biroleau, Conservateur général au département des Estampes et de la photographie, BNF

Laurent Millet, photographe et plasticien, compose les chapitres d’une encyclopédie imaginaire, peuplée d’objets qu’il construit puis photographie dans des décors naturels ou dans son atelier. Ses assemblages sont des hybrides d’objets traditionnels, scientifiques, architecturaux, aussi bien que d’œuvres d’artistes dont il affectionne le travail. Chacune de ces constructions est l’occasion de questionner le statut de l’image : son histoire, sa place, les phénomènes physiques qui s’y rattachent et ses modes d’apparition.
Né en 1968, assistant de Lucien Clergue puis de Jean Dieuzaide, il est actuellement enseignant à l’Ecole supérieure des beaux-arts d’Angers.
Membre de la Casa de Velázquez (Madrid) de 2007 à 2009, il a notamment été exposé au musée des Beaux-Arts de Santa Fe, au musée Nicéphore Niépce, aux Rencontres internationales de la photographie d’Arles...

Bibliographie : La Méthode, éditions Filigranes ; Laurent Millet, Les Lieux de L’instant, éditions Isthme/CNDP ; Petites machines à images, éditions Filigranes ; Je croyais voir un piège, éditions des Cendres.
Il est représenté en France par La Galerie Particulière (Paris) .


  • "Photos Nouvelles" spécial Imagerie

  • L’imagerie

    19, rue Jean Savidan 22300 LANNION
    Tél. : 02.96.46.57.25
    Mail : l-imagerie@orange.fr

    D’octobre à juin :
    ouvert du mardi au samedi, de 15h à 18h30.
    Le jeudi : de 10h30 à 12h30 et de 15h à 18h30.

    En juillet, août et septembre :
    ouvert du mardi au samedi,
    de 10h30 à 12h30 et de 15h à 18h30.
    Sauf jours fériés.